Petit guide pour me faire péter un plomb: le dressage du sommeil

[Dans cet article, je prévois clairement me faire pitcher des roches par certaines connaissances, mais HEY, c’est mon blog, fack j’ai le droit. NA.]

Petit guide

Vous aurez deviné que je suis donc fondamentalement contre le 5-10-15 et toute autre méthode qui demande de laisser pleurer un bébé pendant qu’on va pleurer de l’autre bord de la porte. Vous commencez déjà à pomper? J’vous conseille de cliquer sur le X en haut à droite (ou gauche).

BAON. Maintenant qu’on est “entre nous”.

Maman Puce, elle laisse jamais pleurer Mini Puce, parce que dans son coeur de maman, c’est câlissement pas logique, pis dans mon instinct d’homosapiens non plus. Faut savoir qu’anthropologiquement parlant, l’humain ne doit PAS laisser pleurer son bébé sous peine d’attirer les prédateurs. CHOMP le bébé, CHOMP la maman. C’est dans nos gènes de répondre aux besoins de notre bébé dans ce simple but: survivre. On est d’ailleurs la seule espèce animale qui pouvons nous targuer honteusement de “dresser nos bébés au sommeil”, car voyons les choses en face: même si nous avons tellement évolué au point d’être les maîtres du monde (salut, Hiroshima!), nous ne sommes quand même que des animaux, scientifiquement et fondamentalement parlant. Maintenant, les prochains paragraphes auront pour mandat de me vider le coeur, donc euh, yeux sensibles s’abstenir.

Maman Puce qui endort Mini Puce sur elle, paisiblement, sans pleurs pis toute. M'EN FOUTS SI JE DORS PAS.

Maman Puce qui endort Mini Puce sur elle, paisiblement, sans pleurs pis toute. M’EN FOUTS SI JE DORS PAS.


GROSSE CROTTE SUR LE COEUR:

Je ne peux pas percevoir qu’on puisse laisser pleurer un enfant au nom d’une méthode en pensant que ce sera bon pour lui, que ça lui apprendra quelque chose, que ça l’habituera à bien fonctionner en société, que ça lui créera de saines habitudes de sommeil, que ça contribuera à façonner le lien parent enfant: que ce sera positif, que ça l’aidera. Et apparemment les scientifiques semblent être du même avis: plusieurs études démontrent que ça contribuerait à: ben, à absolument rien. Non en fait c’est pas vrai: comportement insomniaque, manque de confiance en soi, besoin d’approbation d’autrui, difficulté à faire confiance, et comportement solitaire. Oui l’enfant s’endormira seul: c’est certain qu’un moment donné il va s’écoeurer de pleurer seul et d’appeler à l’aide: “coudonc, maman viendra jamais”. Non, en fait, ça n’arrivera pas ça non plus. Bébé va juste s’endormir d’épuisement à force de pleurer. Mais HEY, bonne Nouvelle: VOUS POURREZ ENFIN DORMIR! Ça marchera peut être pour vous: bébé ne pleurera plus, il saura que ça ne sert a rien, personne ne viendra le réconforter, et HEY, vous pourrez dormir. Et c’est en se disant qu’on lui a appris à s’endormir seul, qu’on lui aura rendu service qu’on se déculpabilisera dans le fond, tout en sachant que de l’autre côté de la porte, en attendant que ça fasse 5, 10 ou 15 minutes pour retourner “réconforter” votre enfant, que quelque chose cloche, que vous devez résister à cette envie daller le prendre dans vos bras pour ne pas lui inculquer de “mauvaises habitudes”.

Vous irez contre votre instinct, mais vous rendrez service à votre enfant, en le laissant pleurer, seul avec son besoin de réconfort. Ainsi résumé, est-ce toujours aussi logique?

Et voulez-vous ben me dire comment un enfant qui sort à peine d’un utérus, qui n’a pas encore la maturité digestive nécessaire pour manger un steak, qui ne peut pas nommer une banane, qui apprend à peine à marcher POURRAIT BIEN TENTER DE VOUS MANIPULER? Il a un tout petit cerveau en pleine expansion, en plein “câblage”: il se forme par stimulis affectif et réactif. Si vous lui inculquez que lorsqu’il s’effondre émotionnellement, il doit enterrer ses émotions parce que personne ne viendra le consoler, qu’il ne peut demander l’aide de personne parce que personne ne viendra (pas même ses parents!), que les pleurs sont inutiles, que toute émotion négative est proscrite: comment se formera son cerveau, en se moulant à tout ça?


Maintenant que ma crotte sur le coeur est étalée dans les derniers paragraphes, informons-nous (avec des faits, des lectures pis toute). Je n’ai pas prétention d’être une mère parfaite ou de détenir la vérité absolue. Par contre, j’écoute cette petite voix dans ma tête qui me dit de ne pas laisser pleurer Mini Puce, parce que moi, si on me laissait pleurer seule dans le noir alors que je m’effondre émotionnellement, alors qu’on me dit que je fais des caprices et que je manipule: ça ne m’apportera absolument rien de positif sauf la résignation.

RESSOURCES

♥ Je vous suggère premièrement une lecture tout à fait scientifique mais bien vulgarisée: La science au service des parents, de Margot Sunderland. On apprend l’origine de plusieurs réflexes, la “composition” du cerveau, son évolution au fil des mois, des points charnière dans la psychologie des enfants par rapport à leur développement neuronal: on appelle ça la neuropsychologie. On peut y lire plusieurs études de vrais spécialistes formés (pas genre Brigitte Langevin spécialiste en sommeil formée en rien, genre…).

♥ Ensuite, si vous retournez au travail bientôt et que vous voulez tout faire en douceur, je vous conseille Sommeil paisible et sans pleurs de Elizabeth Pantley. Une méthode douce et, évidemment, sans extinction par les pleurs de l’enfant, très progressive, au rythme de celui-ci, en l’accompagnant.

♥ Aussi, tout ce qui sort de la tête du Dr Sears: une vraie sommité dans le domaine de l’enfance, qui prône le parentage de proximité et, donc, le sommeil sans laisser-pleurer. Il donne plusieurs conseils bénéfiques tant pour l’enfant que pour le parent, tant sur leur sommeil que sur tous les petits bobos et questionnements qui surviennent dans le début de leur petite vie. P’tite bible de livre sur le sujet: Être parent la nuit aussi, de Dr William Sears.

♥ Le site Web Evolutionary Parenting est aussi bourré d’information pertinente et de trucs appuyés par plusieurs études et sources fiables.

Publication superbe de la LLL (La Leche League) où les cycles de sommeil et les réveils nocturnes ont été étudiés, analysés et expliqués, en lien entre autres avec le fait que le petit d’homme nait prématurément à cause de la taille de sa tête versus la taille du bassin de la maman (cerveau est devenu trop gros parce qu’on est tellement intelligents, donc faut accoucher plus tôt sinon bébé ne pourrait juste pas passer, long story short). Je cite un extrait qui remet déjà les pendules à l’heure en introduction:

Une étude finlandaise portant sur 270 bébés âgés de 0 à 12 mois, avaient donné les résultats suivants (1990) :

jusqu’à 3 mois, les bébés dormaient un total de 15 h en moyenne (fourchette de 12 à 20 h), 90 % se réveillaient au moins une ou deux fois par nuit,
de 3 à 5 mois, près des trois-quarts se réveillaient une ou deux fois,
de 6 à 8 mois, les deux-tiers se réveillaient une ou deux fois,
de 9 à 12 mois, 47 % se réveillaient une ou deux fois.

[…]

Face à cette accumulation de chiffres, la question qui vient naturellement à l’esprit, c’est : si tant de bébés se réveillent la nuit, n’est-ce pas parce que cela répond à un besoin physiologique ?

SOLUTIONS

Je me permets ici de citer ma “collègue” Nadia St-Onge:

1. Tout simplement attendre que bébé soit prêt neurologiquement et ait le niveau de maturité émotive nécessaire à faire des nuits semblables aux nôtres et à se rendormir seul. Ça peut paraître long, mais quand on accepte de cesser de se battre contre quelque chose d’irréaliste, on met nos énergies à la bonne place et on ne s’en porte que mieux.

2. Faire du partage de la chambre (lit de bébé dans la chambre des parents, collé contre le lit). Quand on a pas à se lever, marcher vers une autre pièce et s’occuper d’un bébé qui nous attend (et est donc maintenant assez réveillé), on sauve du temps de sommeil et une quantité d’énergie assez importante. Grâce au partage de la chambre, on a juste à se retourner, garder les yeux fermés, consoler bébé (avant même qu’il soit complètement réveillé et nous de même), se retourner de nouveau et se rendormir dans le temps de le dire!

3. Faire du partage du lit. Pour les mêmes raisons que le partage de la chambre. Personnellement, on a jamais aussi bien dormi que depuis qu’on fait du partage du lit! (NOTE: Si on le fait, il FAUT que ça soit fait de façon sécuritaire:

Unicef
Cododo selon le Dr Sears (en anglais)
Dr Momma (en anglais aussi)
l’OMS a aussi des recommandations sur son site internet

4. Pour celles qui souhaitent un sevrage du sein la nuit, mais sans arrêter de faire du partage de lit, je conseille la méthode Gordon. L’auteur déconseille fortement d’utiliser sa méthode avec un bébé de moins d’un an.

5. Je recommande la lecture du livre ”Être parents la nuit aussi” du Dr. William Sears. Il va dans le même sens que ce que j’ai dit, mais l’explique plus en profondeur et mieux 😉

BRIGITTE LANGEVIN

Parce qu’elle mérite clairement une section à elle seule dans cet article. Je vous explique ici pourquoi chaque fois que je fouine dans une librairie et que je croise une de ses “oeuvres”, je la camoufle subtilement derrière un des ouvrages précédemment nommés, et pourquoi j’ai envie d’acheter ses livres lorsque je les vois en vente dans mes bazars dans le seul but de chauffer ma maison.

153517340

Maman Puce qui s’imagine brûler un livre de Brigitte Langevin, extrait visuel de son imagination.

[si vous voulez mon opinion, je l’ai enlevée parce qu’elle poursuit tout ce qui bouge. Cliquez sur lisez plus. Subtil, han?]

ÇA FAIT QUE C’EST ÇA QUI EST ÇA.

Maman Puce


PETITS GUIDES POUR ME FAIRE PÉTER UN PLOMB:

Brigitte Langevin se dit spécialiste du sommeil, du comportement des enfants, de l’analyse des dessins, de l’analyse des rêves, et j’en passe. WOW, elle en connait des choses! Ben justement, NON. Elle n’a de formation dans AUCUN de ces domaines: elle a suivi un parcours en Communication et en Leadership et autres trucs sans AUCUN lien avec les enfants. Elle est vraiment formée balèze pour donner des formations, ça, faut le lui donner! Selon elle, le fait d’assister à des conférences et de lire des livres de VRAIS spécialistes fait d’elle une spécialiste. Genre Ferber, celui qui a patenté le 5-10-15 et qui LUI-MÊME prend la peine de mentionner que sa méthode (de marde) n’est pas faite pour les jeunes enfants de 12 mois et moins, qu’elle n’apprend pas aux enfants à s’endormir seuls, qu’elle n’est pas appropriée pour les enfants ayant peur d’être laissés seuls et/ou qui vomissent en réaction à la séparation, et qu’elle n’est pas un traitement approprié face aux troubles du sommeil chez l’enfant. Elle, elle prend ça, fait “fuck the police” et se gosse une méthode qui fait en sorte que l’enfant pleure tout seul dans sa chambre, qu’on doit le laisser macérer dans son caca ou son vomi pour lui apprendre à ne pas faire de chantage, de ne pas prendre le bébé et le moins de contact s physiques possible quand on va le “réconforter” au bout de 5, 10 ou 15 (2-4-6 j’sais pu, whatever) minutes pour ne pas l’habituer, avec toutes les “pas recommandations” de Ferber comme partie intégrante de sa méthode. En passant, la méthode de Ferber a été décriée par un tas de spécialistes: Ferber s’est même rétracté. Mais pas Brigitte Langevin, elle, on boit ses paroles. Ste-Justine aussi d’ailleurs, arkarkark.

Maman Puce

Advertisements

58 thoughts on “Petit guide pour me faire péter un plomb: le dressage du sommeil

  1. Cinadiane says:

    J’adore ton article.
    Ma puce à 28 mois maintenant. On a fait le partage de chambre, sans jamais la laissser pleurer.
    Bien sur, j’ai lu tout pleins de livres sur le sujet et mon intime conviction était que laisser pleurer un si petit etre était de la maltraitance.
    Convaincue aussi que la bienveillance envers elle porterait ses fruits plus tard.
    Assez vite, elle a su s’endormir seule tout en étant assurée que nous étions là pour elle à tout moment quoi qu’il arrive.
    Pour elle le coucher n’est pas une punition, un abandon mais une nécessité, un plaisir , le respect d’un besoin fondamental. Il suffit de la voir s’allonger dans son petit lit et prendre ses doudous dans ses bras avec toute la tendressse du monde.
    Parfois, elle pleure dans la nuit, nous intervenons, parfois le long protocole du soir ne suffit pas, les 4, 5, 6 , 10 derniers bisous ne suffisent pas, nous en faisons sencore un der des der….
    Le besoin de tendresse et de calin d’un petit même un peu plus grand est sans fin.
    Mais que c’est bon!

    Liked by 1 person

    • Geneviève says:

      Wow, merci de ton commentaire. ❤
      Surtout "Pour elle le coucher n’est pas une punition, un abandon mais une nécessité, un plaisir , le respect d’un besoin fondamental. Il suffit de la voir s’allonger dans son petit lit et prendre ses doudous dans ses bras avec toute la tendresse du monde."
      TELLEMENT ça.

      Like

  2. Amanda says:

    Bonjour super article ça fait du bien de voir qu’on est pas seule..!
    j’aimerais avoir votre expérience et vos témoignages pour m’aiguiller un peu car c’est mon premier enfant et je n’ai pas de points de comparaison.. pour ceux qui ont des enfants qui sont passés par la..
    Ma fille de 25 mois est allaitée et dort en cododo. Je pense que c’est un BABI aux vues de ce que j’ai pu lire a ce sujet. Il lui faut ma présence et mon sein en permanence pour dormir..a la sieste et le soir je me couche avec et ne peux pas partir une fois qu’elle dort..car aux moindres bruits ou sursaut elle cherche mon sein direct et se reveil des que je me lève même pour essayer de faire pipi.!
    Je ferais toujours ce qu’il y a de mieux pour elle mais je ne sais pas si je fais bien car elle a toujours besoin de moi pour dormir et comme je ne l’ai jamais laissé pleurer elle a cette habitude ..c’est normal pour elle qui ne connaît que ça..
    Je croyais qu’en grandissant elle se passerait toute seule du sein..mais jusqu’à quel age je vais devoir dormir avec..? Elle n’a jamais voulu de sucette ou doudou vu que mon sein remplit ce rôle.. Merci de vos expériences pour savoir si je ne fais pas trop d’erreurs car je suis beaucoup critiqué , c’est sur ca me coupe des gens ” normaux” qui peuvent faire leurs affaires pendant que l’enfant dort..mais c’est tellement un besoin que je sois la..que je n’ai jamais réussis a changer ca..
    merci a toutes. ate de vous lire.

    Like

  3. Michèle says:

    Mon minou a 27 mois et peut se réveiller 6-8 fois par nuit encore. C’est vraiment ardu, mais je n’ai même jamais considéré appliquer la “méthode” du 5-10-15 ou quelque technique Langevin.
    D’ailleurs, des gens de mon entourage qui l’ont tenté, très peu ont obtenu des résultats autres que de fucker leur enfant.
    Ce que je trouve étonnant, c’est que ce sont nous, qui refusons le dressage au sommeil, qui sont bizarres. On m’a déjà dit: tu veux pas le laisser pleurer, arrête de te plaindre qu’il dort pas, alors que je disais qu’il se réveillait à plusieurs reprises par nuit depuis quelques semaines.
    Je reste profondément convaincue que je lui rends beaucoup plus service en lui montrant mon amour et ma présence inconditionnelle, qu’en le laissant s’étouffer dans sa morve a force de pleurer.
    Je me dis aussi qu’il faut avoir tout un besoin de contrôle ou être follement désespérée pour utiliser cette technique, mais bon c’est un tout autre débat:-)

    Like

  4. Queen Me says:

    Encore un très bon article, je suis contente de vous avoir découverte !

    Petite question qui me travaille : mon fils ne dors qu’avec moi, au sein ou dans les bras la journée et dans le lit la nuit. Je reprends le travail dans trois mois, je m’inquiète qu’il ne dorme pas chez la nounou et qu’elle finisse avec un bébé qui pleure toute la journée… Des conseils, une expérience ?

    Like

    • Geneviève says:

      Premièrement, bienvenue sur mon blog! :p
      Deuxièmement, je suis pas une spécialiste… Mais selon mon expérience à moi, je capotais aussi quand ma fille a été introduite à la garderie mais elle avait 18 mois! Elle a super bien dormi ses siestes dès le départ. Il a quel âge ton coco? Tu pourrais essayer de graduellement lui faire faire des siestes dans ton lit (toujours l’endormissement au sein ceci dit)? Pour la garderie, tu peux tirer ton lait pour que son éducatrice lui en donne avant le dodo, elles y sont très ouvertes et ça aide beaucoup au début! Il doit avoir un doudou aussi, ça, c’est trèèès trèstrèstrès important, en tout cas pour ma petite puce, si y’a pas la doudou c’est l’armageddon :p

      Liked by 1 person

    • Queen Me says:

      Il a trois mois. On me dit de pas m’inquiéter, que les bébés s’adaptent… Il n’a pas encore de doudou mais y a toute une collection de peluches qui attendent qu’il fasse son choix 😊

      Like

Moi j'pense que...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s