Petit guide pour me faire péter un plomb: la mère indigne

J’ai jamais compris d’où c’est parti, cette affaire-là. Ça s’est un peu calmé on dirait, et depuis j’ai réfléchi et je pense que j’ai mis le doigt sur ce qui me fait chier de ce phénomène au dos large. Je prévois encore me faire pitcher des roches, mais hein, rendue là! Allons-y gaiement.

Les variantes de la mère indigne

Il y a les Chroniques d’une mère indigne que j’adore pour son sens de l’humour, mais que j’ai jamais vraiment trippé sur le nom à cause du “indigne”, même si à vocation humoristique.

Il y a la mère indigne qu’on voit dans les nouvelles, qui a accouché de son bébé dans sa toilette et l’a jeté aux poubelles. Elle, elle est pas indigne, s’t’une crisse de sans génie, tenons-le-nous pour dit. Ou encore genre Mama June de Honey Boo Boo.

Pis, y’a la fameuse mère indigne qui me fait chier. Celle qui se dit indigne parce qu’elle fait pas ci ou ça et qui crache sur ce qu’elle fait pas pour se déculpabiliser et se marginaliser. Celle-là, elle a parti une mode: le fameux phénomène des mères indignes. Ce qui me fait chier: c’est cool, être indigne, on VEUT être indigne.

Indigne, et fière de l’être!

Depuis quand c’est cool, être indigne? Pourquoi tu veux en être si fière? Je prends ça comme un “je suis pas parfaite pis j’aime ça de même, pis ça me tente pas que ça change, pis j’ai envie que vous le sachiez et que vous me trouviez cool”. Sérieux, non. J’ai rien contre le fait de s’assumer dans la vie, au contraire, je trouve ça admirable! Mais y’a une différence entre s’assumer pis être fier de ce qu’on sait qu’on fait nécessairement pas correct, pis cracher sur ceux qui se tuent à le faire. Parce que je sais que plusieurs de ces mères indignes bitchent les mamans soit-disant parfaites, qui trop souvent sont celles qui allaitent, qui portent, qui font leur bouffe maison, qui ne laissent pas pleurer bébé, qui se lèvent la nuit, qui maternent, qui achètent des jouets éducatifs, et j’en passe. Celles qui font ça se sentent totalement imparfaites, en plein doute constant, remettant en question leurs décisions chaque jour, et ne se partent pas une mode pour autant.

Y’a, selon moi, rien de fier à être indigne. Le terme est trop pris à la légère avec ce phénomène, et c’est ce qui me dérange, surtout quand il ne devrait même pas être pris à la blague par certaines qui s’autoproclament indignes.

Mère indigne v.s. Mère extrémiste

Là, on entre clairement dans le monde des Mommy Wars et le terrain est très glissant. Y’a eu un genre de courant “je mets tout sous le compte de la mère indigne pis de la fierté qui vient avec”, ce qui a donné des trucs assez poussés et qui a encore plus envenimé la croisade de la maman parfaite. Y’a une différence entre mère imparfaite (ce que nous sommes toutes) et mère indigne je pense. Parce que là, ce que ça a donné, c’est une séparation bien claire selon certaines: la mère indigne et la mère extrémiste, dans les deux opposés stéréotypés, ce que je déplore, peut-être même encore plus que le phénomène de la mère indigne. J’aime pas la “classification” des mamans: les biberonneuses, les allaiteuses, les granos… Les indignes, les extrémistes.

Humour, please?

Ceux et celles qui me connaissent savent à quel point j’ai un sens de l’humour… Disons, douteux, sacrastique, cynique, mais surtout, très présent. Et pourtant, j’ai BEN de la misère avec ce phénomène de mère indigne qui se veut humoristique, si on voit les Chroniques d’une mère indigne. C’est comme si on avait pris un super beau concept et qu’on l’avait ramené à quelque chose de tellement éloigné de l’intention originelle que ç’en est devenu presque le contraire de ce que ça voulait être. Au lieu d’être de belles réflexions réfléchies sur telle ou telle situation, de rire d’une gaffe, d’un oubli de bas dans les bottes… C’est devenu un vrai foutoir à excuses. Je suis une mère indigne parce que j’allaite pas, parce que je laisse pleurer mon bébé, parce que je donne des purées Heinz, parce que mon enfant mange du McDo à 7 mois. C’est ÇA qui me dérange. Et la fierté qui en découle. J’allaite pas, je donne le lait en poudre le plus cheap sur la terre à mon enfant pis je suis FIÈRE EN TITI! C’est de la complaisance. J’aime pas ça, ça me rend profondément mal à l’aise avec le phénomène.

Dans l’temps de la grosse vague, t’as eu plein de “listes” de gugus indignes sous un titre “Je suis une mère indigne parce que…”. Y’a eu le Manifeste de la mère indigne qui m’as mise en beau sacrament je dois vous avouer, parce que c’était genre l’apogée de toute ce que je viens de dire: malgré quelques points très drôles auxquels je pouvais me rattacher, il y en avait d’autres plus dérangeants qui entrent en contact direct avec mes valeurs. J’sais pas. C’est publié sur Huffington Post que j’adore, donc ça met en confiance: ah si j’allaite pas c’est ben correct dans le fond, j’devrais être fière moi itoo! Fuck the police!

Ça fait que j’ai pas embarqué dans la wave, pis j’suis sûrement devenue une extrémiste. Merci, mère indigne!

1978727_10152951536687238_3469290010239746865_n

Maman Puce


PETITS GUIDES POUR ME FAIRE PÉTER UN PLOMB:

Advertisements

16 thoughts on “Petit guide pour me faire péter un plomb: la mère indigne

Moi j'pense que...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s