Maman sans mamans

J’imagine que plusieurs me comprendront si je dis que lorsqu’on devient maman, on a envie et/ou besoin de pouvoir prendre le téléphone à tout moment pour appeler sa mère, sa soeur… Une maman de notre sang qui saura nous conseiller, nous écouter pleurer et répondre à nos mille questions. Tant lorsqu’on accouche que lorsque vient le temps d’élever l’enfant, de savoir comment on nous a élevé, comment c’était avec nous… Bref, de placer ses repères, de comparer, je sais pas.

Références: silence radio

Ma mère a décidé de partir lorsque j’avais 21 ans: je rencontrais mon chum, et ma mère s’enlevait la vie. Longtemps je lui en ai voulu puisqu’elle ne connaîtrait pas mon chum qui deviendrait mon mari, elle ne saurait jamais ce que j’aurai finalement fait de ma vie, n’aura jamais vu ma maison, n’aura jamais été grand-maman, ne m’aura jamais vue enceinte.

Mais ce dont je ne me doutais pas, c’est qu’elle me manquerait cruellement lorsque tous les questionnements de maman m’envahiraient. Avant de donner la vie, jamais l’idée ne m’était venue de discuter avec ma mère de plusieurs détails de mon enfance: ai-je été allaitée? est-ce que je pleurais beaucoup? comment me réconfortait-elle? quand ai-je marché? Et mon papa étant un papa, je n’ai eu que des à-peu-près un peu flous pour réponse (c’est pas un reproche, c’est juste la vie là).

J’avais aussi ma soeur heureusement, mais la vie me l’a aussi prise alors que Mini Puce n’avait pas encore deux ans. J’étais donc, peut-on dire, pas mal laissée à moi-même dans cette grande aventure. Ces femmes m’ont manqué et me manquent encore cruellement lorsque les étapes et premières fois se succèdent. Atrocement, même.

Capture d’écran 2015-08-18 à 11.03.22

Se forcer à suivre son instinct

Cependant, aujourd’hui, alors que Mini Puce a deux ans et demi, j’essaie de voir la chose plus positivement lorsque faire se peut, compte tenu des informations que j’ai pu cumuler. Je n’ai pas été allaitée, j’ai fait face à l’adultisme, je n’ai pas été portée, ni cododotée… J’ai toujours été de nature plutôt influençable et grégaire, si tout ça n’était pas arrivé, comment ou quand aurais-je su ce que moi je voulais en tant que maman, quel genre de parentalité je souhaitais adopter? Honnêtement, je ne sais pas. Peut-être trop tard, peut-être jamais?

Ce que ça m’a appris, c’est que l’instinct est la plus belle chose que l’humanité nous a léguée. Je n’en veux pas à mes parents, je crois sincèrement que tout le monde fait de son mieux avec ce qu’on a. Cependant, ce qu’on a aujourd’hui, c’est le pouvoir de s’informer aussi facilement que celui de se mettre les doigts dans le nez, et le choix nous appartient. Si j’avais été influencée, aurais-je fait le bon choix? Aurais-je fait MON choix? Aurais-je choisi mon instinct au lieu de suivre la vague? Aurais-je eu le courage de briser la vague et d’aller à contre-courant des croyances populaires? Aurais-je inhibé ou tut cette petite voix qui me disait que quelque chose clochait, sans savoir quoi? Aurais-je été jusqu’au bout de mes intuitions? Aurais-je eu le courage d’assumer mes positions et d’ainsi devenir un peu le mouton noir de la famille?

conclusion: prendre du recul pour mieux se rechercher

Je ne crois pas que j’aurais eu le recul nécessaire pour le faire, pas pour Mini Puce. Peut-être au deuxième enfant, mais prendre du recul, je m’en rends compte aujourd’hui, est nécessaire si on veut se trouver soi-même en tant que parent. S’éloigner des traditions, coutumes, habitudes, oui-dires, et adopter une approche introspective. Est-ce vraiment ce que je veux? Est-ce vraiment mon choix? Est-ce vraiment la bonne chose? Et surtout, rechercher, s’informer: on a la chance d’avoir accès à une source presqu’infinie de recherches, d’études, de livres, d’avis, d’opinions, de réflexions.

Maman Puce

Maman, grande soeur: vous me manquez. J’aurais aimé que vous soyez là pour tout voir. Ne vous inquiétez pas pour moi: je m’en sors bien, je me suis retrouvée dans tout ça. Je vous aime ❤
Advertisement

Coup de coeur: 1 et 1 font trois

Avant d’avoir Mini Puce dans ma vie, j’ignorais tout jusqu’à l’existence-même des cafés parents-enfants. Ensuite c’était autre chose, j’en suis littéralement tombée amoureuse: ces endroits sont toujours charmants, hauts en couleurs, en originalité, sympathiques, chaleureux, dynamiques.

Puis y’a un peu moins d’un an, dans mon fil d’actualité sur Facebook, je voyais passer des bribes et rumeurs de création d’un nouveau café dans l’arrondissement Hochelag’.

Puis, le 4 mai dernier, le café, qui est en fait une coopérative, ouvrait enfin ses portes. Quand j’ai vu leur logo j’ai capoté raide: je suis graphiste hein, j’achète des bouteilles de vin à cause de leur étiquette trop cute, donc vous imaginez le coup de foudre quand j’ai vu ça! Avec des étoiles dans les yeux, Papa Puce, Mini Puce et moi nous sommes donc aventurés dans Hochelag’ pour voir ce qu’il en retournait.

Fait alléchant: ils font partie de la Route du lait, j’pense que je les aime encore plus d’amour (c’est possible?)!

Fait cool: un groupe Facebook a été mis sur pied pour s’impliquer dans ce café coopératif. Vous avez du temps à tuer? Y’a quelque chose pour vous là-bas! J’adore.


Des couleurs, des jouets, du café et de la lumière

Déjà en approchant de l’endroit, on peut voir une immense vitrine dans laquelle des enfants ont dessiné (mais on voit aussi quelques traits d’adultes savamment dissimulés). Ça vous donne une idée de tout le soleil qu’il y a dans l’endroit où le bois domine! Et juste devant le café, comme un point de repère, se dresse un grand arbre “victime” de yarn bombing (genre, la plus belle tendance graffiti du monde je trouve!) au tricot super coloré, à l’image de ce qui se trouve lorsque vous franchissez la porte. 

L’endroit héberge aussi pas mal d’activités chouettes en semaine: “création de marionnettes, théâtre d’ombres, découvertes musicales, initiation aux arts de la scène… La fin de semaine, on vient chez 1 et 1 font trois assister à un spectacle choisi avec soin pour plaire à tous.”

Un coin jeu/petits, un coin lecture/grands

Ce qu’on voit tout de suite en entrant, mis à part le comptoir, c’est la fameuse cabane faite sur mesure pour le local. Haute, on y grimpe par une échelle sous elle. Sous la cabane se trouve une petite cuisinière (pleine d’accessoires) et des dinosaures. Juste à côté on retrouve une petite étagère pour “stationner” ses chaussures, et un joli “enclos” à jouets (pour ne pas qu’ils s’éparpillent). Pas de jouets “gling gling pout pout”: des beaux jouets pour la plupart en bois, des livres, des camions… Tous ont du vécu et donnent le feeling agréable d’ouvrir un vieux livre à la bibliothèque. À l’autre bout du café on retrouve un coin lecture parent-enfant (ou juste enfant) avec pleiiiin de livres, et un gros coffre rempli de Megabloks et de jeux de société pour les plus vieux. Entre les deux endroits se trouvent des tables et chaises chacune étant unique: de vieilles chaises de bois repeintes à la main par endroits de manière originale. Et des chaises hautes personnalisées à la main sont aussi à la disposition des plus petits.

J’ai oublié de prendre des photos du coin lecture et de la salle de bain, c’était pas une journée facile pour Mini Puce!

Salle de bain qui n’a rien à envier

Spacieuse, on y trouve une jolie table à langer bien aménagée et fournie: liniment oléo-calcaire des Produits de Maya, couches pour dépanner. On y trouve aussi un petit pot exprès pour les petites paires de fesses d’enfants qui seraient rendus à la fameuse étape de la propreté.

De quoi se rassasier sans se culpabiliser

Lorsqu’on y grignote, on y mange de bonnes choses faites avec amour et qualité. Tout est fait à partir d’ingrédients sains, et le goût est toujours au rendez-vous! Chaque chose que j’y ai mangé était savoureuse, et même ma picky eater a été satisfaite. De plus, la limonade maison est troooop bonne: Mini Puce tripait vraiment! Et les cafés sont super bons. Des gobelets et ustensiles en plastiques sont aussi mis à la disposition des parents!

Mini Puce qui grignote son muffin (oui, c'est un muffin) sur Papa Puce

Mini Puce qui grignote son muffin (oui, c’est un muffin) sur Papa Puce

Ça fait que en bref, là…

Bref, je prêche un peu pour ma paroisse parce que je suis membre de la coop (Papa Puce m’a UN PEU inscrite malgré moi mais je ne regrette pas du tout! haha). Mais je vous conseille GRANDEMENT d’aller y faire un tour! Mini Puce est plutôt sauvage et réservée de nature BABIesque, mais dès qu’elle est entrée là, la magie a opéré: elle voulait tout voir! C’est un endroit chaleureux où le personnel est super sympathique. ❤


1501681_317585348428033_7643687876076914387_n1 et 1 font trois (page Facebook)
1418 Aird, arrondissement Hochelaga-Maisonneuve, Montréal
Ouvert du mercredi au dimanche, de 8h30 à 17h00
514-360-4232 / http://www.1et1fonttrois.org/