Petits mythes sur l’allaitement: la suite!

Ça fait un bout qu’on me le demande et aussi que j’avais rien mis sur l’allaitement. Alors allons-y, démystifions un peu de mythes urbains sur l’allaitement! Je vous invite à m’envoyer d’autres mythes via ma page Facebook si vous en avez à ajouter. Je démystifie selon mes compétences de marraine d’allaitement et de maman qui a allaité et qui s’est pas mal (trop) informée!

“Mon sein gauche produit pas, bébé veut rien savoir!”

Tous les seins produisent, au départ, de manière égale la prolactine. Cependant, nos petits bébés adorés viennent souvent à préférer un sein plus que l’autre pour des raisons qui nous échappent encore (plus doux? plus confortable?), donc si on suit la logique: bébé aime plus le sein droit = boit plus au sein droit = stimule plus le sein droit = le sein droit produit plus / bébé aime moins le sein gauche = boit moins au sein gauche = stimule moins le sein gauche = le sein gauche produit moins. Y’a des rumeurs pas vérifiées voulant que le sein préféré soit celui auquel bébé a eu sa première tétée après sa naissance… Qu’est-ce que vous voulez que je vous dise, c’est tout à fait normal, ça arrive très souvent!

“Mon lait était pas assez nourrissant alors j’ai dû supplémenter aux PCN/jello aux fraises”

Nononononon. Fais juste t’enlever ça de la tête: c’est biologiquement impossible que ton lait ne soit pas assez nourrissant, petite maman. Ton lait est fait pour TON bébé: il s’y adapte à la molécule près, même les bébés du tiers monde ont droit à ce super aliment! Il n’y a aucun aliment sur Terre plus adapté à ton bébé que TON lait. Petite brève scientifique: tu sais, ces p’tites bosses autour de ton mamelon? Elles s’appellent les Glandes de Montgomery. Depuis des années on pense que la substance huileuse sécrétée par ces glandes et les glandes elle-mêmes serviraient à la communication sein-bébé: l’odeur aide bébé à trouver le sein, et communiquerait peut-être même la quantité de lait disponible dans le même sein. Le corps serait vraiment bien fait, non?

Côté composition du lait, en début de tétée y’a plus d’eau pour hydrater, et plus la tétée avance, plus le lait devient gras. Plus ton bébé grandit, plus la composition du lait se moule à ses besoins et change même à l’intérieur de 24 heures pour être certain que bébé ait tout ce dont il a besoin à différents moments de la journée. Il fait chaud? Bébé tétouillera pour avoir plus d’eau pour s’hydrater. Le colostrum est super concentré et bourré d’anticorps. Le lait maternel est vivant: il s’adapte. Alors, en quoi ne serait-il pas assez nourrissant pour ton bébé? Je me le demande.

Si on te dit ça, c’est de la foutaise en fait. Par contre, il faudrait voir si bébé prend bien le sein, avale bien, mouille bien ses couches et s’il peut bien ouvrir la bouche assez grande pour prendre toute l’aréole (et éventuellement vérifier le frein de langue). Mais le lait maternel pas assez nourrissant? Give me a break.

“Mon lait donne du reflux à mon bébé”

Ton lait a aucun mausus de rapport avec le reflux de ton bébé. Le reflux est le résultat d’un oesophage pas encore assez mature: “Les bébés ont un reflux car la valve musculaire située à l’extrémité de l’œsophage, qui aide à garder la nourriture dans l’estomac, n’est pas encore mature. Lorsque l’estomac de votre bébé est plein, la nourriture et l’acide peuvent remonter.” – BabyCenter

“Un p’tit biberon le soir pis il va dormir”

Wtf. Juste, non. Que bébé boive un biberon de PCN avant sa “nuit” ou un verre de graines de lin mélangées avec du Coke donnera la même chose: arien pentoute. Si bébé est pas prêt à dormir plus d’une, deux, trois ou douze heures d’affilée, le fait que tu lui donnes un biberon d’une substance X y changera rien, à part peut-être scrapper ton allaitement en te donnant, en plus, une confusion sein-tétine à gérer.

“Allaiter la nuit, c’est une mauvaise habitude/pas bon pour les dents”

Ça non plus, c’est pas vrai! Y’a une merveilleuse hormone qu’on appelle l’ocytocine, qu’on appelle aussi l’hormone de l’amour (hé oui), qui rend zen et calme. Pendant la tété, bébé en produit et maman aussi: ça rendort tout le monde assez rapidement merci, le corps est bien fait de même!

De même, aucune étude ne démontre de lien entre le lait maternel et le fait d’avoir des caries: le sucre causant les caries viendrait fort probablement plus des sucres modifiés ainsi que ceux présents dans les aliments solides plutôt que le lactose, présent dans le lait de tous les mammifères (donc la norme pour l’espèce). Laisser un biberon de préparation commerciale dans la bouche de bébé pour l’endormir (donc du lait restant dans sa bouche “pas avalé”) pourrait par contre être cariogène, comme le sucre présent là-dedans est raffiné. De plus, les anticorps dans le lait empêchent la formation de caries… Donc, petits amis dentistes, restez dans les bouches des patients et sortez de leurs seins!

Allaitez bien! ❤
– Maman Puce

Calmer son enfant révolté

Mini Puce est en plein Terrible Two (j’ai aussi entendu parler du Threenager et du Fucking Four, mais hey, j’pense qu’on peut juste appeler ça un enfant: c’est de même jusqu’à quoi… 16 ans? :D). Ma fille est aussi ce qu’on peut appeler un BABI ou, comme j’aime mieux, un enfant magique: la gestion de crises fait donc partie intégrale de ma vie! Aussi, lorsque je dis qu’il n’y a pas de discipline à proprement parler dans la maison, j’ai l’air d’une méchante bibitte.

Je sais qu’on est souvent dépassés en tant que parent d’un jeune enfant en pleine révolte (le tempérament de l’enfant joue aussi beaucoup dans le type d’approche qu’on prend) et je ne suis pas une spécialiste, mais je vais faire une petite liste des trucs que j’ai développés, si ça peut aider un ou deux parent à boutte.

Le petit coin calme

Nous avons la chance d’avoir un espace assez large sous le divan pour y cacher l’ancien matelas de bassinette de Mini Puce (qui n’a presque pas servi), alors je l’y ai placé. Rapidement, lorsqu’elle était fatiguée et un peu plus à fleur de peau, j’ai vite développé le truc du coin calme. On sort le matelas et la petite boîte à jeux calmes: rien de trop stimulant, genre des boules de ouate, une loupe, un collier à mâchouiller, un jeu d’ombres à associer avec des formes, etc.

On appelle ça “une p’tite pause”: elle s’y installe (parfois d’elle-même) avec sa doudou et parfois sa suce, tout dépendant du degré de crise, et joue ou s’étend jusqu’à ce qu’elle se sente plus calme. Je reste souvent près d’elle pour lui flatter le dos jusqu’à ce qu’elle s’intéresse à un objet de la boîte ou qu’elle s’étende: le contact physique est très important pour la gestion du stress engendré par des émotions fortes que l’enfant ne peut pas contrôler. Ensuite, lorsqu’elle s’est calmée, elle va d’elle-même me chercher ou passer à une autre activité.

Réconfort physique

… Pas immédiat si elle me repousse ou se débat, et pas pentoute si elle est pas réceptive au contact. Mais souvent, je la prends dans mes bras (et elle m’enserre avec ses bras et jambes telle une pieuvre), ou je la mets sur mon dos pour faire un tour de “maman la pouliche”. Porte-bébé parfois, sur la hanche jusqu’à ce qu’elle se calme. Le pire c’est la dynamique parent debout-enfant par terre: faut juste pas essayer de raisonner un enfant en crise.

11203447_1447678478859478_86837437_n

Une fois qu’elle est calme, on parle si besoin est. Mais avec le contact physique, souvent, c’est comme si elle se déchargeait le trop plein via mon corps (j’ai l’air bizarre, là, mais c’est ça pareil). Je lui propose aussi d’aller s’étendre sur le lit et de “faire pousser des choses dans son dos” en massage, elle accepte presque toujours quand l’heure du dodo est proche, c’est souvent la dernière étape: c’est elle qui choisit ce qu’on fait pousser, donc elle trouve ça très chouette!

Changer le mal de place

Grosse crise incontrôlable et réceptive à rien? Je deviens un G.O.: “as-tu envie de jouer aux blocs / d’aller te balancer / de lire “livre X” / d’écouter des comptines?” Bref, je lui propose des activités qu’elle aime et que je ferai avec elle pour carrément changer le mal de place et qu’elle oublie sa crise. Ça marche bien très souvent!

Version bouffe aussi si c’est l’heure du repas/de la collation: elle adore couper des fruits et légumes, m’aider en jetant les pelures et rognons, mettre les morceaux coupés dans un bol, jouer avec les coquilles d’oeufs, mélanger… Tous les enfants aiment qu’on les implique dans la préparation des repas, c’est très stimulant et éducatif en plus!

Aussi, je regarde quelle heure il est: est-elle en train de virer folle parce qu’elle est tannée d’être à l’intérieur? Si oui, on s’habille et hop! dehors. Ça c’est un game changer, évidemment!

L’isolement social

Mini Puce ne tripe pas tans sur le social, tant des autres enfants que les adultes: elle veut donc très souvent entrer dans mes jupes (lire: mon utérus) lorsqu’on a des invités. Matelas + doudou est une bonne solution si elle est fatiguée: ça lui permet d’observer et de s’isoler le temps qu’elle a besoin, sinon le porte-bébé est souvent la seule solution, comme j’ai souvent besoin de mes mains (comme tout l’monde). Je ne la force pas à socialiser lorsqu’elle ne le veut pas: j’ai été dans sa situation bien trop souvent, je la comprends. Si je la forçait, ça rendrait selon moi l’expérience juste plus désagréable et elle associerait le stimuli social avec un refus de réconfort, j’sais pas trop. Donc bon, on attend que ça passe.

Expliquer calmement

J’établis un contact visuel lorsqu’elle est calme et réceptive, et je lui explique calmement le pourquoi du comment si c’est une situation genre “non tu peux pas mettre des petits pois dans ton nez”, ou j’essaie de comprendre ce qu’elle ressent en lui posant des questions précises, du genre “tu es fâchée parce que je t’interdis d’ouvrir la porte d’armoire? C’est ça?” puis j’explique pourquoi si elle me répond oui (ce qu’elle fait souvent). Je m’assure qu’elle comprend, puis ensuite je lui propose autre chose de plus alléchant (voir “Changer le mal de place”) pour oublier tout ça et passer à autre chose. Ça lui permet d’assimiler l’explication tout en ne “bockant” pas là-dessus.

Ninja Parent, ASSEMBLE!
Maman Puce