Le phénomène du parent mou

C’est souvent comme ça qu’on le qualifie. Ce parent qui ne discipline pas à proprement parler, qui n’use pas du coin, qui ne punit pas, qui ne crie pas, qui ne prend pas son enfant par le bras, qui ne le met pas en time out. Parent mou, laxiste, bonbon, permissif. Et que dire de l’enfant? Enfant-roi, il a le droit de tout faire, de tout dire. Il ne respecte pas ses parents, il est indiscipliné, rebelle, je-m’en-foutiste.

Ou… est-ce vraiment le cas?

Ce parent mou? C’est moi, c’est Papa Puce. Cet enfant roi? C’est Mini Puce. Pour ceux qui nous connaissent, vous reconnaîtrez que Mini Puce est calme, sage, observatrice, attentionnée et écoute quand on lui parle. Et quand on lui parle, on la respecte, et nous nous sentons inversement respectés. Mini Puce n’a jamais été au coin pour autant, nous n’avons (presque) jamais élevé le ton, elle ne connait pas la punition, et pourtant, c’est une des enfants des plus disciplinés que je connaisse.

Vlan dans les dents, les préjugés!

Comment avons nous fait? Tout d’abord, nous ne sommes ab-so-lu-ment pas parfaits, très loin de là. Je rappelle que ce petit bout d’humain a presque trois ans, donc on fait face à la légendaire-phase-dont-je-tairai-le-nom comme tout le monde. On a levé la voix sans le vouloir quelques fois, on a été bêtes sans le vouloir: on est fatigués et impatients, on est humains. Mais tout réside, je pense, dans la philosophie familiale, l’écoute, le respect et la compréhension. Et surtout, la communication et la verbalisation.

Communiquer et verbaliser avec un enfant… ha-ha-ha.

Nous ne sommes PAS laxistes, nous ne laissons pas Mini Puce faire tout ce qu’elle veut. Cependant, on réfléchit: “est-ce vraiment grave? est-ce que ça la rend heureuse? comprend-elle les conséquences?” On essaie d’interdire le moins de choses possible parce qu’on sait que plus c’est interdit, plus c’est attirant. Cependant, quand on doit interdire quelque chose, on le fait sans que ça ait l’air de l’être.

Verbaliser et expliquer de manière positive.

Au lieu de dire “NON, fais pas ça!”, on essaie de transformer ça plus en “J’aimerais que tu fasses ça au lieu de ça, parce que sinon ça fait ça”, ou “si tu fais ça, regarde ce que ça fait. Et si tu faisais plutôt ça?” Ça rejoint pas mal les principes de parentalité bienveillante et de discipline positive que j’explique dans mon petit guide du parent hippie.

Il faut décrire le comportement de l’enfant et non l’enfant, ex.: « Quand tu me cries dans les oreilles, je n’aime pas cela. Je veux que tu me parles doucement. »

Parce que oui, un enfant est bel et bien capable de comprendre lorsque vous lui parlez calmement, bien plus que si vous lui criez dessus ou le mettez en punition.

Le renforcement positif a toujours su faire ses preuves face au renforcement négatif, et crois sincèrement que c’est la bonne chose à faire pour établir des bonnes bases pour un petit humain qui un jour sera grand.

De cette manière, il vaut mieux accorder une plus grande importance aux comportements positifs qu’aux comportements négatifs, et quand on commence à le faire, on se rend compte que les négatifs nous agressent beaucoup moins et qu’on s’emportait souvent pour des choses tellement mineures qui n’étaient pas si négatives que ça.

IMG_5597

LES CINQ « C » DES RÈGLES À ÉTABLIR :

  1. Claires et sécurisantes : Établir des règles faciles à comprendre par les enfants. Elles véhiculent les principales valeurs que je veux transmettre, par exemple : le respect de soi, des autres et de l’environnement; développer de saines habitudes de vie; etc.
  2. Concrètes et réalistes : Établir des règles concrètes et réalistes qui reflètent le comportement escompté. Elles sont formulées de façon positive, par exemple : Plutôt que de dire « arrête de crier », je dis à l’enfant « parle doucement ».
  3. Constantes et prévisibles : Les règles établies ne varient pas au gré de l’humeur de l’adulte et doivent être peu nombreuses afin de respecter la capacité de l’enfant. Il s’agit de se rappeler qu’un enfant de 6 à 12 ans, par exemple, peut intégrer et appliquer seulement 5 à 6 règles à la fois.
  4. Cohérentes : Les règles doivent être cohérentes, c’est-à-dire qu’elles doivent être respectées également par l’adulte qui les établie, de façon à donner l’exemple en agissant lui-même selon les valeurs qu’il veut transmettre. Par exemple : Je demande à mon enfant de faire son lit le matin, alors bien sûr je fais le mien!
  5. Conséquences logiques à l’appui : Les conséquences sont des moyens d’apprendre et de grandir. Pour que les enfants apprennent à assumer les conséquences de leurs gestes, il doit y avoir une logique entre leur comportement jugé inacceptable et la conséquence. Souvenez-vous toutefois que les conséquences sont des moyens d’apprendre et que l’apprentissage n’a pas besoin d’être douloureux.

Exprimer nos émotions

C’est un point tellement important. Si ma fille me pousse à bout, je me retire quelques instants et je reviens, je m’excuse de m’être emportée et je lui explique ce qui m’a fâchée. Je lui demande si elle comprend, si ce n’est pas le cas, je l’explique d’une autre manière jusqu’à ce qu’elle comprenne, puis on se fait un câlin.

Et voilà, désamorcé, et en plus on a appris quelque chose. 

Si on veut que notre enfant soit capable de faire pareil lorsqu’il grandira au lieu de se renfermer, c’est important qu’il ait un bon modèle pour reproduire un bon effet miroir, je pense.

Pour terminer, je répète que je suis TELLEMENT pas parfaite, je suis pas non plus une spécialiste. Mais pour nous: ça marche, merveilleusement bien même. C’est pas compliqué, on consacre beaucoup moins d’énergie à la frustration, et ça fait une atmosphère beaucoup plus peace and love.

Maman Puce

Petits mythes sur l’allaitement: la suite!

Ça fait un bout qu’on me le demande et aussi que j’avais rien mis sur l’allaitement. Alors allons-y, démystifions un peu de mythes urbains sur l’allaitement! Je vous invite à m’envoyer d’autres mythes via ma page Facebook si vous en avez à ajouter. Je démystifie selon mes compétences de marraine d’allaitement et de maman qui a allaité et qui s’est pas mal (trop) informée!

“Mon sein gauche produit pas, bébé veut rien savoir!”

Tous les seins produisent, au départ, de manière égale la prolactine. Cependant, nos petits bébés adorés viennent souvent à préférer un sein plus que l’autre pour des raisons qui nous échappent encore (plus doux? plus confortable?), donc si on suit la logique: bébé aime plus le sein droit = boit plus au sein droit = stimule plus le sein droit = le sein droit produit plus / bébé aime moins le sein gauche = boit moins au sein gauche = stimule moins le sein gauche = le sein gauche produit moins. Y’a des rumeurs pas vérifiées voulant que le sein préféré soit celui auquel bébé a eu sa première tétée après sa naissance… Qu’est-ce que vous voulez que je vous dise, c’est tout à fait normal, ça arrive très souvent!

“Mon lait était pas assez nourrissant alors j’ai dû supplémenter aux PCN/jello aux fraises”

Nononononon. Fais juste t’enlever ça de la tête: c’est biologiquement impossible que ton lait ne soit pas assez nourrissant, petite maman. Ton lait est fait pour TON bébé: il s’y adapte à la molécule près, même les bébés du tiers monde ont droit à ce super aliment! Il n’y a aucun aliment sur Terre plus adapté à ton bébé que TON lait. Petite brève scientifique: tu sais, ces p’tites bosses autour de ton mamelon? Elles s’appellent les Glandes de Montgomery. Depuis des années on pense que la substance huileuse sécrétée par ces glandes et les glandes elle-mêmes serviraient à la communication sein-bébé: l’odeur aide bébé à trouver le sein, et communiquerait peut-être même la quantité de lait disponible dans le même sein. Le corps serait vraiment bien fait, non?

Côté composition du lait, en début de tétée y’a plus d’eau pour hydrater, et plus la tétée avance, plus le lait devient gras. Plus ton bébé grandit, plus la composition du lait se moule à ses besoins et change même à l’intérieur de 24 heures pour être certain que bébé ait tout ce dont il a besoin à différents moments de la journée. Il fait chaud? Bébé tétouillera pour avoir plus d’eau pour s’hydrater. Le colostrum est super concentré et bourré d’anticorps. Le lait maternel est vivant: il s’adapte. Alors, en quoi ne serait-il pas assez nourrissant pour ton bébé? Je me le demande.

Si on te dit ça, c’est de la foutaise en fait. Par contre, il faudrait voir si bébé prend bien le sein, avale bien, mouille bien ses couches et s’il peut bien ouvrir la bouche assez grande pour prendre toute l’aréole (et éventuellement vérifier le frein de langue). Mais le lait maternel pas assez nourrissant? Give me a break.

“Mon lait donne du reflux à mon bébé”

Ton lait a aucun mausus de rapport avec le reflux de ton bébé. Le reflux est le résultat d’un oesophage pas encore assez mature: “Les bébés ont un reflux car la valve musculaire située à l’extrémité de l’œsophage, qui aide à garder la nourriture dans l’estomac, n’est pas encore mature. Lorsque l’estomac de votre bébé est plein, la nourriture et l’acide peuvent remonter.” – BabyCenter

“Un p’tit biberon le soir pis il va dormir”

Wtf. Juste, non. Que bébé boive un biberon de PCN avant sa “nuit” ou un verre de graines de lin mélangées avec du Coke donnera la même chose: arien pentoute. Si bébé est pas prêt à dormir plus d’une, deux, trois ou douze heures d’affilée, le fait que tu lui donnes un biberon d’une substance X y changera rien, à part peut-être scrapper ton allaitement en te donnant, en plus, une confusion sein-tétine à gérer.

“Allaiter la nuit, c’est une mauvaise habitude/pas bon pour les dents”

Ça non plus, c’est pas vrai! Y’a une merveilleuse hormone qu’on appelle l’ocytocine, qu’on appelle aussi l’hormone de l’amour (hé oui), qui rend zen et calme. Pendant la tété, bébé en produit et maman aussi: ça rendort tout le monde assez rapidement merci, le corps est bien fait de même!

De même, aucune étude ne démontre de lien entre le lait maternel et le fait d’avoir des caries: le sucre causant les caries viendrait fort probablement plus des sucres modifiés ainsi que ceux présents dans les aliments solides plutôt que le lactose, présent dans le lait de tous les mammifères (donc la norme pour l’espèce). Laisser un biberon de préparation commerciale dans la bouche de bébé pour l’endormir (donc du lait restant dans sa bouche “pas avalé”) pourrait par contre être cariogène, comme le sucre présent là-dedans est raffiné. De plus, les anticorps dans le lait empêchent la formation de caries… Donc, petits amis dentistes, restez dans les bouches des patients et sortez de leurs seins!

Allaitez bien! ❤
– Maman Puce