Petit guide pour me faire péter un plomb: les bébés de foire

(Juste en passant: mon billet s’adresse aux parents que ça DÉRANGE, la plupart du temps dits “maternants” comme je le suis aussi, pas à ceux qui demandent des conseils, ont besoin d’aide ou ceux que ça ne dérange tout simplement pas. Juste de même, là là.)

Depuis que je suis maman, j’ai remarqué à quel point on barouettait les bébés comme des poupées de chiffon de manière générale. Pas dans l’sens de les brasser, nonon, mais de se les “approprier” comme s’ils étaient une “propriété publique”, et je me suis aperçu que je n’étais pas seule que ça dérangeait profondément (pour celles que ça dérange pas, eh bien, grand bien vous fasse!). Je m’explique.

  • À l’épicerie ou dans l’autobus: la p’tite madame ben kioute qui ressent le besoin express de divertir mon enfant à deux centimètres de sa face en lui parlant comme à un débile léger, et en lui gossant sur les joues avec ses mains qui sont allées je sais donc ben pas où avant de partager sa signature génétique avec la peau pure de ma fille;
  • À Noël/jour de l’an/Pâques/party-familial-X: le proche plein de bonne volonté qui demande à l’enfant s’il a envie de venir le voir alors qu’il a clairement pas les capacités de répondre autre chose que areeeblblblb, ou qui prend la progéniture des bras d’une personne X alors que l’enfant était bien, prétextant qu’il “l’a pas encore pris” ou que “c’est son tour”, comme dans une course à relais;
  • Un peu partout: la personne machiavélique et sournoise qui donne un aliment X à l’enfant alors que le parent a explicitement exprimé le fait qu’il ne voulait pas en donner à son enfant, sitôt que le parent a le dos tourné, en trouvant ça tellement comique drôle et cute;
  • N’importe qui voyant une bédaine pleine de bébé pis qui ressent le besoin d’y toucher comme si elle était pas rattachée à un individu, qui fait d’ailleurs une face avec des couteaux d’in yeux et un faux sourire Crest;
  • Partout: la personne bien intentionnée qui prodigue des conseils parfois vraiment trop farfelus et qui sont, la plupart du temps, pas voulus/demandés par le parent, comme si l’éducation de son enfant était le sujet d’une table ronde.

À vous, là.

Avez-vous seulement conscience du malaise et de la frustration que vous infligez à l’enfant et au parent, sans bien sûr le vouloir, si douces soient vos intentions? Voyez-vous le parent qui sacre entre ses dents serrées quand son bébé voyage malgré lui de paire de bras inconnus en paire de bras inconnu, attendant juste un son de son bébé lui donne une excuse d’aller le reprendre en prétextant un gros tas de la mort qui s’en vient ou une envie de téter bien claire? Entendez-vous les chuintements inconfortables de ce nourrisson qui aimerait bien retrouver sa maman alors qu’on s’extasie devant son petit nez à grand coup de mille paires d’yeux qui l’épient de beaucoup trop près? Comment vous sentez-vous le droit de prendre cet enfant qui était bien zen dans ces bras, sans d’abord demander la permission au parent parce que ladite progéniture ne sait pas encore manifester ses envies ou sa désapprobation? Pourquoi ressentez-vous ce besoin si pressant de toucher cette joue, ce nez, cette main, ce corps: vos yeux ne vous suffisent-ils pas à vous régaler de sa beauté?

Aimeriez-vous vous faire charrier de la sorte sans qu’on vous demande votre permission, sans qu’on attende votre consentement, sans qu’on ne se soucie de vos besoins que vous peinez à exprimer? Aimeriez-vous qu’un total inconnu commence à vous tâter comme si vous n’étiez qu’un bibelot, ou qu’on vous enlève brusquement d’un endroit où vous étiez bien confortablement installé? Aimeriez-vous qu’on se mette en groupe pour vous fixer en vous bloquant la vue, en entrant dans votre bulle? Apprécieriez-vous qu’on se précipite sur vous quand vous vous êtes enfin assoupi malgré tout ce brouhaha et qu’on commence à vous flatter la main, le visage, la tête, alors que tout ce que vous voulez, c’est dormir? Ou alors qu’on vous prenne sans cesse en photo à chaque mouvement que vous faites? Accepteriez-vous qu’on se mêle de votre évolution alors que vos figures parentales tentent tant bien que mal de faire ce qu’ils croient meilleur pour vous, sans d’abord s’être informé si ces conseils prodigués avec tant d’assurance et d’insistance sont adaptés à la situation, ou tiennent même la route? Adoreriez-vous qu’on vous manipule comme si vous n’étiez qu’une poupée de chiffon à tous les cinq minutes pour “profiter” de votre présence, alors que vous n’êtes vraisemblablement pas dans le mood pour faire du social?

Pitié, vous-là.

Gardez-vous une petite gêne: pensez à ce que vous dites à ces nouveaux parents.

L’avez-vous déjà été? Mettez-vous dans leur peau: ils tentent de faire de leur mieux selon leurs valeurs et leurs capacités. La plupart du temps, le nouveau parent est excédé, fatigué, tente de suivre son instinct et surtout, en amour par dessus la tête avec ce petit être, qui est sous leur aile, et non sous la vôtre! Si vous n’avez jamais été parent, pitié: gardez vos conseils pour vous à moins d’être un expert dans machin-chouette-chose, c’est juste con de s’immiscer dans un sujet sur lequel vous n’avez aucune maudite expérience. Et si vous êtes parents, n’essayez donc pas de prouver à quel point vous êtes hot et que vous êtes donc ben passé par là et que vous connaissez donc ben toute dans vie! Au lieu de parler, écoutez-les, rassurez-les. Et Seigneur, informez-vous avant de dire n’importe quoi à quelqu’un qui boit peut-être vos paroles!

Et à ceux qui ressentent cet étrange besoin viscéral de tenir cet enfant dans ses bras pour se rassasier: cet être n’est pas un OBJET!

Il vit, il a des émotions, il a des besoins: ne tentez pas de comprendre ce qu’il veut. Ce n’est pas votre boulot, c’est celui de ses parents. D’ailleurs, demandez donc la permission avant de vous joindre à ce jeu du bébé musical: ce sont eux qui sont les plus à même de savoir s’ils ont envie ou pas de se faire prendre, pas l’enfant qui lui peine à communiquer! Il pleure? Ne tentez pas de le calmer: donnez-le à ses parents! Ce n’est tout simplement pas votre job, vous ne le connaissez pas aussi bien que ceux qui l’ont mis au monde, il a peut-être besoin d’être rassuré par ces deux personnes qui l’adorent et ne demandent probablement qu’à le reprendre. Et pas besoin d’être à deux pouces de la face de quelqu’un pour qu’il vous entende et vous voie, non? Ça ferait t juste capoter n’importe qui, je pense, d’avoir 9239283 personnes qui te fixent en même temps, te parlent comme des attardés mentaux beaucoup trop fort, en te faisant des guiliguilis alors que tu viens de mettre le pied dans un endroit que tu ne connais pas. Contrôlez vos ardeurs, c’est TELLEMENT désagréable ET pour l’enfant, ET pour les parents!

Et à ceux qui ont le tâtage facile…

Ben, juste NON. Faites pas ça. Gardez vos mains baladeuses dans vos poches, c’pas un piton de sonnette ou un paquet de fleurs: c’est un ENFANT. Point. Encore plus si vous souhaitez vérifier le nombre de dents d’un enfant en vous mettant l’doigt plein de germes dans sa bouche: N-A-O-N, c’est juste dégueulasse, j’vais vous en mettre un doigt dans bouche moi, voir si vous aimeriez ça!

Vous respectez la bulle de vos semblables?

Leur demandez-vous la permission avant de les toucher? Les interrompez-vous en pleine lecture, en plein travail, en plein sommeil juste pour votre plaisir personnel? Leur parlez-vous comme à des débiles mentaux? Devez-vous les tâter ou être collés sur eux pour profiter de leur présence?

Non?

Ben un enfant, c’est pareil. Pas parce qu’il peut rien dire encore que ça ne le dérange pas nécessairement, l’absence de réaction ne veut pas dire consentement. N’oubliez pas qu’il y a peut-être les parents qui capotent de voir leur enfant se faire trimballer et sont beaucoup trop mal à l’aise pour y mettre un terme, de peur de blesser ou de choquer.

7113_10151715327532238_1472631140_n

Respectez son intimité, son espace vital, son besoin de proximité avec ses parents (et le besoin de proximité des parents, aussi), le fait qu’il soit une personne: une toute petite personne encore fragile et qui ne connait rien du monde encore.

Ne faites pas aux autres ce que vous n’aimeriez pas vous faire faire.

Pourquoi n’attendez-vous pas que l’enfant vienne vers vous par lui-même? Vous en profiterez peut-être encore plus et ce sera un moment plein de belles émotions.

Maman Puce qui en avait une grosse sur le coeur


PETITS GUIDES POUR ME FAIRE PÉTER UN PLOMB:

Advertisements

22 thoughts on “Petit guide pour me faire péter un plomb: les bébés de foire

  1. joss hemond says:

    Wow les points amenés sont tellement vrais et frustrants. Le point 1 est arrivé dans une toilette publique après que le vieux ait pissé. Résultat, il n’aura plus jamais envie de toucher un bébé sans demander la permission. (Je l’ai arrêté à 2 cm de la face à mon gars)

    Like

  2. aa_lici_aaalicia says:

    Je suis d’accord en tous points, et contente de voir que je ne suis pas la seule ! Quand je râle dans ce sens, on me répond que je suis égoïste, que c’est comme ça, que tout le monde a envie de profiter. Et ma fille alors ?

    Merci pour cet article !!

    Like

  3. Marianne says:

    Alors là! Alors là !
    Ya qu’une seule chose à dire ou plutôt ya plus rien à rajouter , tout esr ecris !!
    Félicitation pour cet article qui résonne dans ma tête comme si je l’avais écris tellement que je pense pareil et que ca m’émeut autant que toi à chaque fois!
    Juste un bravo !
    Si un jour j’en viens à péter un cable, me permets tu de partager ton article ? ( avec ton lien bien sûr )…. ?
    Marianne

    Like

Moi j'pense que...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s